Témoignage en tête de cortège mardi 14 juin à Paris

Aux Gobelins, les rangs sont très serrés. La manif part. Le cortège de tête est très vite chargé.
Un jeune se fait choper. On essaie d’intervenir à plusieurs pour calmer le jeu et essayer de le récupérer. Un CRS finit par me dire laissez-nous faire notre travail. C’est alors qu’un homme un peu âgé surgit sur la chaussée la tête en sang encadré de CRS. Je demande alors au CRS si c’est ça son travail ?
Les CRS menottent le blessé qui est emmené sur le trottoir. On proteste, on crie. Il est assis par terre. On demande qu’ils appellent les pompiers.

Puis succession de charges : à gauche, à droite, à gauche, à droite. Les CRS entrent dans la manif en hurlant, les matraques au clair. Des gens tombent. Parfois, on arrive à dégager la chaussée des CRS à coups de « cassez vous ». Parfois on court après eux pour essayer d’empêcher une arrestation.
A un moment, ils relèvent sans ménagement des jeunes filles qui sont assises sur le trottoir. Je finis par comprendre qu’une d’elle est blessée à la tête. Ils les encerclent.
C’est alors qu’un médic me dit qu’ils ne soignent que des blessures au crâne. Les flics cognent très fort et en priorité sur la tête. Beaucoup de gens à la fin de la manif avec des bandages en effet… Je me dis alors qu’ il faut que je vienne désormais casquée. Ce qu’il me conseille vivement, me montrant une partie de son casque enfoncée par un coup de matraque. Heureusement en effet qu’il avait son casque…

On repart après une énième charge. Les rangs sont un peu clairsemés quand une grenade lacrymogène arrive de derrière nous en rase motte et passe entre les jambes d’un manifestant devant nous.
Il s’affale de tout son long face contre terre et alors, l’horreur a lieu : en tombant, il coince la grenade en feu entre son cou et le bitume. Trois quatre personnes se précipitent sur lui pour dégager le fumigène. Le gars ne bouge plus. Nous l’entourons nombreux et appelons les médics et les secours. Nous sommes très nombreux autour à ce moment là et les CRS chargent à nouveau sur nous pour nous dégager et prendre position autour du blessé. C’est alors que collectivement, sans nous parler, pensant à nos très nombreux blessés qui se sont vus mis en examen et aussi hélàs à Romain D., nous nous battons contre les CRS pour qu’on puisse continuer de nous en occuper et qu’ils dégagent. On y arrive ; ils dégagent, mais dans la bataille, ils ont blessé deux autres manifestants qui sont à terre juste à côté du grand blessé. Une pluie de lacrymos continue de nous atteindre. C’est l’enfer. On crie pour qu’ils arrêtent. Un grand cercle se forme autour des blessés. On porte secours aux trois blessés, dont un se relève déjà et on asperge les medics de maalox parce que les gaz sont violents.
Les pompiers vont enfin arriver mais on insiste pour chacun soit accompagné dans le fourgon par une personne et ils le seront. Quelques applaudissements saluent nos deux blessés, histoire de se donner un peu de chaleur et de soutien…

On repart. Nouvelles charges. Le camion à eau fait son entrée et asperge les manifestants qui sont un peu en contrebas.

On repart, toujours dans les gaz et les grenades de désencerclement. Toujours régulièrement chargés.

Arrivés à hauteur de l’hôpital des Invalides, on s’assoit sur des barres qui servent de parking pour les deux roues. On se repose en se disant qu’on va repartir un peu en arrière rejoindre le cortège syndical.
C’est alors qu’une ligne de CRS arrive au loin, contenant la progression de la manif. Nous sommes sommés de nous lever et on repart alors avec cette deuxième tête de cortège : deux rangées de CRS nous faisant face et nous empêchant de progresser. On arrive comme ça à Invalides.

Puis le camion à eau asperge la place déjà engloutie sous les lacrymos.

J’essaie de revenir en arrière pour retrouver mon compagnon. J’arrive au même parking à motos et je vois juste un peu plus loin, un double cordon de CRS qui bloque la manif. Je comprends alors qu’ils veulent dégager la place avant de nous laisser arriver.
Nous sommes alors violemment chargé.e.s et gazé.e.s. Ca pleut de partout. Un manifestant me rince les yeux avec du sérum. Je ne vois plus rien. Les cortèges syndicaux tournent dans une rue perpendiculaire pour échapper au déluge. Un SO se fait charger et gaze à son tour les CRS. Je reste sur l’axe principal et c’est alors que dans une brume compacte je vois un manifestant sur le côté avec un trou dans la cuisse et qui saigne. Des gens le secourent. Un peu plus loin, même scène : un gros trou dans la cuisse et ça saigne beaucoup. Je me mets autour du gars secouru par plusieurs personnes car les lacrymos pleuvent et je crains une charge avec le gars à terre. Ses amis décident de le porter plus loin en arrière car on n’arrive plus à respirer. Je distribue des pulvérisations de maalox jusqu’à épuisement. Je n’arrive plus à secourir et soulager…

J’ai des camarades qui sont là, je leur donne le nom et le tèl d’une avocate militante. Puis je remonte encore vers l’arrière car il est impossible d’avancer ; des camions coupent désormais la route derrière les CRS.

C’est alors qu’un copain de Nuit Debout me voit et me demande de l’aide pour un gars qui est très blessé et les secours n’arrivent pas. Le gars est couché dans l’entrée du monceau fleurs fermé. Il a pris une grenade de désencerclement dans l’entre-jambes. Il est brûlé sur toute cette zone, son pantalon est en lambeaux et il souffre beaucoup.
Les pompiers arrivent une heure après le premier coup de tél. c’est très long, beaucoup trop long, quand on voit la violence avec laquelle nous sommes chargé.e.s, gazés, visés au flash ball et aux grenades.

Je repars avec mon compagnon, mon fils et quelques camarades en direction de Montparnasse. Mon fils s’est pris un coup de matraque sur la tempe, mon compagnon s’est battu avec les flics en civils mais nous n’avons rien de grave compte tenu des blessures que les CRS ont encore provoquées ce jour.

Le cortège n’a encore pas pu arriver à son terme. Le défilé a été interrompu. Mais nous étions des centaines de milliers dans la rue, tou-te-s très uni.e.s, personne ne reprochant rien à quiconque. Conscient.e.s de l’adversité que nous affrontons et qui nous soude. Le cortège de tête était encore plus massif, toujours aussi déterminé et extrêmement attentif les un.e.s aux autres.

Les cortèges syndicaux ont pris aussi beaucoup de violences policières.

Mais ce soir, malgré tout ça, nous restons invincibles, car nous ne pouvons pas perdre. Ou plutôt nous ne méritons pas de perdre. Nous préparons déjà demain et les jours suivants.

Jusqu’à la victoire.

Une manifestante, syndicaliste et Debout.

Source: Témoignage en tête de cortège mardi 14 juin à Paris

Classé dans Action , Manifestation , Paris

5 réponses à “Témoignage en tête de cortège mardi 14 juin à Paris

  1. Temoignez pour nous tous encore et encore pour nous q ui devons nous contenter de medias indignes! !! En regardant la tele hier j’ai cru qu’il s’agissait d’une maifestation de polllce , de manifestants contre la loi aucun à l’horizon! !

  2. Bonjour les debout, face à ce gouvernement de dégueulasses, servis par des médiocres, soutenus par de plus médiocres encore.. Témoignez, témoignez toujours et sans relâche, par la parole, par les photos, par la vidéo.. On voit bien, les policiers exigeant que les photographes et les gens effacent toute trace compromettante de leurs faits et méfaits soit effacée.. Preuve que leurs intentions sont inavouables, et pire encore, qu’ils sont soutenus et blanchis par leur hiérarchie.. Tous de la même farine, rien de nouveau sous le soleil.. Nous ne nous battons pas contre des moulins à vent.. Mais, contre les populations révoltées et résolues, ils sont bien peu de chose.. « Et cependant, Elle tourne.. Salutations..

  3. Nous en province, nous créons des Nuit Debout dans nos villes et de plus en plus dans nos villages. Nous informons tous les citoyens de notre mouvement. Paris n’est pas la France mais le pouvoir veut faire croire que Nuit Debout s’éssouffle et qu’il n’y a à Paris que des casseurs. Nous vous soutenons totalement et nous ne lacherons rien. Les réseaux sociaux sont là pour nous informer. La désinformation ne nous atteint plus. Elle nous renforce. Coluche aurait aimé ça, contre ce capitalisme destructeur.
    Je suis dans cette ville de Château-Thierry où est né Jean de La Fontaine, ce (R)évolutionnaire du 17ème siècle qui avait présenti déjà la chute de la tyranie en réalisant sa fable du LOUP ET DU CHIEN qui commence ainsi: Un loup, qui n’avait que les os et la peau, tant les chiens faisaient bonne garde…..

  4. témoignez pour tou-te-s les blessé-e-s qui n’oseront peut-être pas témoigner et entamer des procédures qu’il faudrait. Des milliers de famille en France sont touchées.
    J’irai à la prochaine manifestation parce que c’est encore plus important chaque jour de marcher dans les rues pour dire que les droits de l’Homme sont à défendre.
    « Sans haine, sans armes et sans violence, de résistance en désobéissance » HK et la saltimbanks

  5. On a vécu une manif beaucoup plus calme que le témoignage de cette manifestante.Nous étions très nombreux:1 million,je ne sais pas,mais bien plus que les 80000 évoqués par les merdia à la botte.Descendus à pied sur le périph embouteillé de cars à l arrêt ,jusqu à la place d Italie.Toutes les OS ont bien mobilisé: notre CGT bien sur,mais également FO et SUD,avec qui on a manifesté dans l unité et la fraternité.Sans parler des orgas politiques.Pour ce qui concerne ce que j ai vu,aucune violence policière.Les rues adjacentes étaient bloquées par les CRS,nombreux mais pas menaçants.A peine avons nous senti des effluves de lacrymos. Quelques bris d abribus,dont rien ne dit qu ils ne datent pas d avant la manif.Bref,une belle démonstration de force et d unité!

Répondre à delphine druet Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *