Déclaration d’une NuitDeboutiste

La dignité d’un homme seul cela ne s’aperçoit pas, la dignité de 1000 hommes ça prend l’allure d’un combat. (René Char)

Nous qui sommes sortis de chez nous ce soir et peut-être d’autres soirs depuis le 30 mars

Nous avons été l’étincelle du soulèvement de nos consciences contre l’avachissement de nos désirs

Étincelle qui a mis fin à nos petits renoncements et à nos grandes résignations

Cette étincelle nous a permis de dire et partager nos besoins, nos peurs, nos rêves délaissés

Nous maintenons la flamme qui a chassé l’obscurité dans laquelle nos vies étaient trop souvent plongées

Nous nourrissons chaque soir, depuis plus de deux mois déjà, un feu qui prend partout en France, en Europe et qui est visible de partout dans le monde

Nous sommes les flammes d’une brûlante nécessité de changer le monde qui ne nous ressemble pas et nous emprisonne dans des besoins qui ne sont pas les nôtres.

Ici à La République et dans des milliers de places, nous soufflons sur des braises d’intelligence, d’imagination, d’analyse politique, de courage, de plaisir à être ensemble

Nos flammes ont souvent rejoint celles de l’insurrection des luttes.

Les manifestations ont repris de la couleur et la répression en tenue bleu marine n’a pas pu recouvrir de cendre notre désir de ne plus baisser les yeux, de ne plus courber l’échine ou de ne plus négocier nos désirs ni nos rêves.

Nous avons dit « je », « nous » bien plus souvent que « eux »

Même si ce beau feu ne devait être qu’un magnifique feu de joie, aucun de nous ne regretterait d’avoir soufflé un soir sur les tisons ou de l’avoir nourri patiemment chaque soir depuis le 30 mars

Mais si demain ou après-demain ce feu venait à s’éteindre, la nuit serait plus sombre qu’elle ne l’a jamais été et nos vies étoufferaient pour longtemps sous les cendres âcres du foyer délaissé

Comme ce soir, demain, après demain, venons porter notre brindille, notre bûche ou simplement souffler sur les braises et bientôt nous pourrons allumer des flambeaux à ces flammes pour éclairer l’Histoire, notre Histoire.

Post scriptum : Ils nous ont envoyé la pluie presque chaque jour, la grêle, le froid, le vent, la crue, les lacrymos, les grenades… Mais le feu est dans nos cœurs et dans nos têtes, à l’abri de leurs coups !

Carmela

 

Photo d’illustration prise à l’Assemblée Nationale le 71 Mars par Cyrille Choupas

Classé dans NuitDebout en France

11 réponses à “Déclaration d’une NuitDeboutiste

  1. superbe et émouvant. touchant après surement comme d autres de sombres années d une jeunesse gâchée dans un isolement psychologique surement consequence d une forme de tyrannie qui étouffe ou plutôt alignent les rêves de chacun pour enfermer ceux qui a qui ont a évoque des idéaux démocratiques durant leur jeunesse dans des oubliettes pour subir la loi du « marche ou crève » « trime ou crève » j espère que par mon petit commentaire je saurais être moi aussi une petite étincelle parmi les étincelles pour qu ait lieu un grand feu d artifice pleins de rejouissement COLLECTIF accompagne d un grand « ouf »

    Encore de beaux textes s il vous plait!

  2. Bonjour à vous autres qui soufflez sur les braises du feu qui s’est allumé dans nos coeurs, dans nos esprits, plus que jamais réveillés et sur le qui-vive.. Dorénavant, nous sommes en permanente veille; nous entretenons la permanence de ce foyer lumineux, installé dans de multiples communautés petites, grandes et mêmes groupusculaires; qu’importe, elles vivent, elles existent, elles sont.. Nous devons, nous sommes soumis au devoir impérieux de les entretenir et de les propager; il y va du principe-même de notre vie au quotidien, et de notre avenir, de celui de nos enfants.. Et par-dessus tout, tout l’équilibre global.. Notre devoir ne concerne plus que notre seule personne, mais il touche à universel; en face de nous, la tyrannie est organisée, ses appétits sans frontières visent à notre intégral asservissement.. De plus, il a les moyens de ses ambitions.. Sauf si.. Sauf si nous lui opposons notre unanimité à lui barrer la route.. « Sans armes, sans haine, sans violence, résistance et désobéissance; c’est l’évidence.. » « Et cependant, Elle tourne.. »Salutations..

  3. Carmela,

    Ton texte est si vrai et si profond qu’il a touché mon coeur car il est évident que tu l’as écrit avec ton coeur. Je vais moi-même à nuit debout et aux manifs, mais là, personne n’a encore exprimé avec tant de justesse et de sensibilité les événements que nous vivons aujourd’hui en France et dans le monde.

    Le combat « pacifiste » continu…

    Bien à toi et à tes rêves.

  4. C’est beau, c’est chaud, c »est touchant, émouvant et stimulant…Si les politiques savaient aussi bien écrire et penser, nous n’en serions pas là…
    Bravo à vous. Et continuer.
    Merci.

  5. Joli texte ! L’image de l’étincelle et du feu est assez facile à invoquer, mais ne donne pas toujours un texte intelligent et maîtrisé. C’est clairement le cas ici.
    Je rajouterai juste une touche d’optimisme : Pour moi, les braises d’une prise de conscience peuvent rester endormies longtemps, à l’abri des cendres, et être encore ravivées, par une bourrasque et quelques coups de tisonnier enflammés.
    Si la Place de la République, si Paris, si la France venaient à s’éteindre demain, la nuit semblerait peut-être plus noire, elle n’en vibrerait pas moins toujours du désir de s’embraser, partout où le hasard aura disséminé nos petites étincelles. Et si cette tension dans l’air, cette électricité orageuse rencontre une nouvelle stupidité gouvernementale, elle sera propice à éclater à nouveau, peut-être même avec encore plus d’ardeur et d’ampleur.
    Enfin je me permets de vous recommander la lecture d’un ouvrage d’anticipation qui fait, je trouve, profondément écho à ce qui se passe actuellement dans les têtes et dans les cœurs : La Zone du Dehors, d’Alain Damasio. Votre deuxième phrase m’a instantanément rappelé son plaidoyer en faveur de la puissance, contre le pouvoir.
    Les leaders en France n’ont aujourd’hui plus aucun charisme, probablement parce qu’ils se moquent éperdument de convaincre leurs concitoyens, une fois passés les mensonges des campagnes électorales. Je pense qu’il est crucial de combler ce vide avec des textes vivants et sincères comme le vôtre, afin que les gens se remettent à partager de vraies idées, de celles qui donnent envie de s’exprimer, de se lever, de se battre pour elles.

  6. perso dans mon dpt nuit debout est noyauter par 5 ou 6 personnes qui decident tout refusent les propositions des autres et lorsqu ls ne sont pas la refusent que les APC se passent…avec plusieurs mebres nous allons peut etre decider de quitter cette structure pour monter la notre ..car nosu refuseons d etre manipuler par qui que ce soit…a clermont ferrand..les tetes pensantes’ enfin ceux qui se denoment ainsi) sont trop souvent absentes et font tout a leur sauce et les decisions sont prises en petit comité rrement en AG

  7. Gil26
    Bravo pour les bons sentiments, l’image du feu, la notion d’une société horizontale, mais qu’en restera-il à terme sinon des cendres froides. J’ai connu l’avant 68, participé activement à 68, et vu l’après 68, une droite plus réactionnaire que jamais, même s’il ne faut pas tout jeter de 68 loin de là. le manque des politiques dans le sillage des manifestants n’a pas permis de changer autant que nous le souhaitions la société.
    Si l’on veut appréhender le problème qui se pose à notre société, il faut le prendre par le bon bout et commencer à bien poser les problèmes, les ressources de la terre ne sont pas extensibles, donc la croissance en continue comme nous l’avons connue est une illusion. Dans ces conditions comment endiguer le chômage quand nous détruisons 2% des emplois tous les ans. Donc il devient urgent de repenser la société, dans le domaine social, dans le travail , et dans la politique. Si nous ne pouvons pas nous passer des politiques, il est illusoire de ne compter que sur eux pour pour inventer le monde de demain, ile sont trop nombreux à être plus soucieux de conserver leurs privilèges, que de réfléchir à ce que pourrait être la société de demain. Une société horizontale, oui mais pas trop, sinon elle partirait dans tous les sens. Donc bravo à nuit debout, mais attention à ne pas traiter les problèmes au lance-flammes, il n’en resterait que des cendres

  8. Très beau texte-lumière qui transperce l’obscurité ! Et invite à nourrir la flamme ardente.
    Comme on le clamait en 68 : « Ce n’est qu’un début, continuons le combat! »

Répondre à krief Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *