Posez vos questions à Nuit Debout et aux syndicats

BandeauQuestionsSyndicat

Ce soir, 28 avril 2016 #59Mars, après la manifestation, les organisations syndicales sont conviées à l’assemblée générale Place de la République pour discuter selon les règles de l’assemblée générale et en toute fraternité avec les participants.

Dans le cadre de cette rencontre, la Commission Démocratie et la Commission Grève Générale proposent d’expérimenter l’outil (en béta) de la Commission Numérique questions.nuitdebout.fr, afin de faire émerger les questions que le mouvement aimerait poser aux syndicats.

Dès maintenant, rendez-vous sur questions.nuitdebout.fr, ou depuis les assemblées générales, via votre smartphone. Posez vos questions aux syndicats en ajoutant le mot-clé « rencontresyndicats » à vos questions.  Votez pour (ou contre) les questions qui devraient leur être posées.

Les questions les mieux notées leur seront posées en live !

L’appel de Fakir

Posez vos questions à Nuit Debout (et aux syndicats)

Classé dans Paris

18 réponses à “Posez vos questions à Nuit Debout et aux syndicats

  1. aujourd’hui nous avons un certain scepticisme sur nos représentants syndicaux, qui parfois trahissent leurs bases.

    nous devons réfléchir à un nouveau fonctionnent qui les mettra à l’abri de préoccupation personnelle tel que leurs carrière ou pression politique ou patronale. . de plus la flexibilité et la mobilité du travail isole le salarié dans ces difficultés. il faut que les syndicats se mobilisent pour lutter contre cet état de fait, en particulier pour les jeunes qui arrivent sur le marché du travail et qui ignorent leurs droits dans ce contexte instable.

    1. D’accord avec Kenider.Les syndicats sont comme les partis politiques; Gangrénés par les rapaces et les opportunistes qui sous couvert de défendre l’intérêt collectif pensent avant tout à leur intérêt personnel et à leur réélection. Du ménage à faire aussi dans ses instances qui ne sont plus représentatives …

  2. ex : Bruno Julliard, président de l Unef qui finit à la Mairie de Paris et qui participe à la rédaction de je ne sais plus quoi sur l’école primaire (1er degré) : sincèrement , les professeurs se posent des questions sur sa légitimité !

    1. Parceque la loi va être votée le 15 mai. Ils ont bien fait gaffe avec cette date qu’elle se situe juste après les vacances… Ce n’est pas un hasard cet agenda politique

  3. Bonjour! Je cherche des enregistrements audios des débats sur la loi de travail (mp3, téléchargements) pour les entendre à plusieurs reprises et enfin pour les mieux comprendre. Mes connaissances de la langue français sont malheureusement modestes. Ça exist?

  4. Je soutiens vos nuits debout. Bravo à vous qui tenez bon et vous mettez en avant pour dire dénoncer ce que nous sommes nombreux à penser. Aujourd’hui cependant j’ai peur de la violence de cet Etat irresponsable.
    Car c’est l’Etat qui est responsable des agissements de la police. Les hommes obéissent aux ordres.
    Le syndicat CGT police commence à dénoncer ce qui se passe. Beaucoup de policiers, ce sont des hommes, doivent être exaspérés des ordres qu’ils reçoivent. Je crois qu’il faut tenter un rapprochement avec les hommes qui sont derrière les uniformes pour mettre l’Etat répressif en difficulté.

  5. Bonjour,

    Je ne suis pas en france, il m’est donc difficile d’aller voir ce qui se passe sur place. Cela dit, il me semble que le mouvement actuet est mouvement de rejet. Ne faudrait il pas commencer maintenant par définir ce que vous voulez et par quels moyens y arriver?
    Si personne ne propose d’alternative possible, cela laisse une marge trop conséquente pour les politiques.

  6. Bonsoir, je suis loin de l’Europe et là où je suis domicilié, la population dans son ensemble ignore ce qui se trame à Paris et en France; hélas.. Moi, je suis de tout coeur à vos côtés, et vous soutiens. On ne parle plus de grève générale reconductible et de blocage total; ce n’est plus à l’ordre du jour? Pourtant, ce n’est que par ce levier que l’on peut rétablir un rapport de force en faveur de nos revendications. Le gouvernement joue le pourrissement par la lassitude, et en empêchant toutes les AG de nuit debout. Salutations.

  7. Bonjour, je souhaite venir ce week-end à Paris discuter avec ceux qui seront debout, j’ai proposé d’accueillir des internationaux chez moi, près de Beauvais, mais d’avance j’aurais voulu parler d’une problématique qui me semble essentielle :

    Beaucoup de gens éparpillés dans plusieurs régions de France et de Navarre ont profondément envie de changer de paradigme, et de vivre dans une société où les valeurs d’humanité et de justice auront remplacé les logiques aberrantes de la marchandisation, de la financiarisation à tout crin, mais le problème c’est qu’ils sont souvent seuls, comme moi, à porter dans leur coin leurs petites luttes individuelles. Regardez ce que produisent les votes contestataires aujourd’hui : une goutte d’eau qui disparaît dans une mare où on voit s’ébattre depuis des décennies les mêmes canards. Pour changer cela il faut absolument fédérer les forces, devenir un mouvement pérenne auquel puisse être aggloméré d’autres mouvements, d’autres forces. Internet peut-être un outil capital pour cela : Il faudrait un espace où on peut s’inscrire et donner au moins sa région, son adresse mel de contact, pour continuer dans ou près de son lieu de vie le combat, former des groupes locaux qui pourraient aller jusqu’à de l’entraide de l’écoute, du partage de toute sorte, puis au-delà de partager avec d’autres groupes et de mener des actions communes.

    Je ne vois rien poindre ici de la sorte et je trouve cela éminemment important pour pouvoir construire efficacement la lutte des sans-grades, de ceux qui n’ont pas la parole, pour que, de semaine en semaine, de mois en mois, puissent se constituer des forces, des réseaux. N’oublions pas que dans un combat démocratique il y a le vote au bout, comme condition sinequanone d’accession politique des idées : Que font les mouvement de contestations aujourd’hui, ceux qui votent Mélenchon, et plus encore Besancenot ou Poutou, par exemple ? Des scores qui permettent aux partis dits traditionnels de toujours triompher. Pour renverser cela, il faut commencer à créer une mobilisation tous azimuts, une espèce de ferment social. Si demain, pour des raisons diverses et variées, Nuit Debout disparaissait,la plupart de personnes disparaîtraient aussi de nouveau dans la nature et continueraient de lutter dans leur coin sans défense ou avec des moyens dérisoires et inefficaces. Je voudrais porter ce message haut et fort, j’aimerais venir ce week-end à Paris pour en parler plus longuement.

    ps : je communique l’adresse de mon blog, mais il vient de naître, il est en construction, c’est pour donner surtout une idée de mon dossier sur l’ultralibéralisme que j’ai commencé de monter.

  8. J’ai soixante ans et regarde avec surprise et bonheur « Nuit Debout ».
    J’ai trouvé l’organisation très efficace, les débats plutôt intéressants malgré un temps de parole limité et parfois difficile à respecter.
    Les civilisations semblent mourir du manque d’éducation qui ne facilite pas l’expression de chacun. Pas de tous fort heureusement. Cette démonstration redonnant la parole à tous est salutaire (malgré les contraintes, temps de parole…). Je suis « fier » de tous ceux qui permettent un tel évènement.
    Merci pour ce regain d’espoir pour le genre humain.

  9. Habitant à 2OO km de Paris, je suis déconnecté. Les médias ont tout fait pour discréditer le mouvement et le fondre dans une actualité saugrenue. Existe-t-il une coordination des « nuit debout » entre villes ? Comment s’organise la remontée des débats et des propositions ?
    Pour l’instant, j’ai l’impression qu’il s’agit de rassemblements certes prometteurs, mais tellement microscopiques!
    De plus, il me semble, moi ancien syndicaliste de 66 ans, que sans convergence organisée entre syndicats et militants politiques de bonne volonté, votre mouvement risque de ne pas aller bien loin.
    N’oublions pas que les droits et libertés que les gouvernements droite-gauche essaient de saper, avec la puissance exorbitante de leurs médias, ont été acquis grâce aux luttes des ouvriers et de leurs syndicats depuis plus de deux siècles. Je ne trouve aucune autre explication historique à la relative avance que la France détenait jusqu’alors en matière sociale et culturelle. Alors prétendre se passer des syndicats et de leurs militants me parait bien aléatoire dans notre pays.

  10. Est-ce que ce n’est pas de la rigolade, du pipeau ? Passer des nuits blanches et même se faire casser la figure par les CRS pour manifester contre la GUERRE française qui est menée en votre nom par les marchands de canons qui sont au gouvernement, voilà une vraie raison de s’exciter. Tout le reste c’est pas de la rigolade ? C’est une vraie question.

  11. ENCORE LE SYNDICAT DE MELENCHON OU DE GAUCHE ….
    BRAVO DE SEMER ENCORE UN PEU LA ZIZANIE ,
    VOUS N’ÊTES PAS IMPARTIAL, VOTRE ORGANISATION EST UN LEURRE
    UNE COPIE MÉDIOCRE DE PEGIDA QUI N’ACCEPTE PAS LES GENS QUI NE MONTRENT
    PAS PATTE BLANCHE…
    VOUS ÊTES LE CONTRAIRE DE LA DEMOCRATIE , ET DE LA LIBERTE…

Répondre à Lalu Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *